TRIESTE

Italie

Plaidoyer contre l'ambition

Quel sentiment étrange que l'ambition! Automatiquement, cette pensée philosophique surgit quand nous arrivons à l'entrée du domaine de Miramare. La matinée d'octobre est merveilleuse et ensoleillée, avec une lumière jaune d'arrière-saison qui rend toutes les couleurs, toutes les sensations, toutes les émotions plus intenses. La baie de Trieste étale ses splendeurs devant nous, la mer scintille, le ciel se courbe vers l'infini, le pays se lève en douce ondulations verdâtres parsemées de tâches blanches là où les rochers karstiques interrompent l'harmonieuse mono-teinte de la végétation. Les mouettes croassent, les vagues lèchent la rive, une petite brise maritime nous balaie de ses fragrances fraîches et iodées. Nous nous sentons agréablement vivants. Devant nous s'élève l'entrée du domaine, blanche et irréelle. À vrai dire, quand nous entrons, notre seule ambition serait de rester et de ne plus repartir.

Sur le muret qui ceint le chemin le long de la plage, un "M" en majuscule. "M" comme Maximilien. "M" comme maudit. Tiens, il y a aussi un "m" dans "ambition" tout comme dans "empereur". Après un dernier virage, nous découvrons le château de Miramare dans toute sa beauté blanche un peu kitsch. Il se niche dans son écrin maritime et exhale un parfum de Riviera, de femmes en crinolines, de calèches, d'uniformes militaires surannés. C'est le château que l'archiduc Maximilien d'Autriche, frère de l'empereur François-Joseph, et son épouse Charlotte de Belgique se sont fait construire voilà plus de 160 ans dans un style assez étonnant qui cite, pêle-mêle, le roman, le gothique et la Renaissance.

Nous pénétrons à l'intérieur, billet en mains. Le même mélange des styles se poursuit dans le hall avec son escalier en bois sombre et dans les pièces du rez-de-chaussée. L'ambiance peut paraître encombrée, lourde et empesée à certains. Mais en la comparant aux vastes salles et salons figés sous l'or que nous connaissons d'autres résidences des Habsburg, nous constatons que tout ici respire le goût des plaisirs plus simples, moins ostentatoires, loin d'ambitions malsaines. Une fois de plus, en découvrant les vues que l'on a depuis les pièces, nous nous nous demandons pourquoi quelqu'un qui possède un tel joyau ait voulu quitter cette demeure pour se jeter dans une aventure mal fagotée.

Au premier étage, sur le palier, une très belle fontaine d'intérieur. Les pièces, dont certaines réaménagées après la mort de Maximilien, étaient surtout utilisées  comme salons de réception et salles de représentation. Petite surprise, sur un mur, nous trouvons le portrait de celui qui a su réveiller et exacerber… l'ambition malheureuse du pauvre Maximilien, et qui l'a, de ce fait, envoyé à une mort presque certaine: Napoléon III, empereur des Français. Nous terminons notre visite par un tour dans les très beaux jardins. Sans autre ambition que de boire un petit Aperol Spritz au soleil…

TRUCS & ASTUCES

  • L'archiduc Maximilien d'Autriche – de son nom complet, Ferdinand Maximilien Joseph de Habsbourg-Lorraine – naît à Vienne en Autriche le 6 juillet 1832. Il reste dans l'ombre de son frère aîné François-Joseph Ier, qui règne en tant qu'empereur sur les pays héréditaires des Habsbourg. En 1857, Maximilien épouse Charlotte de Belgique. Quelques semaines plus tard, son frère le nomme vice-roi du royaume de Lombardie-Vénétie. C'est à cette époque-là que Maximilien fait construire Miramare. En 1864, un groupe de conservateurs mexicains soutenus par Napoléon III lui propose le trône du Mexique, qu'il a la mauvaise idée d'accepter. Il arrive donc au Mexique, sous occupation française à l'époque, et règne en tant qu'empereur sous le nom de Maximilien Ier. Mais les troupes françaises sont retirées en 1867, et les libéraux mexicains menés par Benito Juárez s'opposent ouvertement à Maximilien et forment une armée. L'empereur renvoie donc Charlotte en Europe, où elle tente en vain de rallier d'autres cours à sa cause. Entre-temps, les troupes des libéraux avancent, et bientôt, il ne restent aux troupes impériales que la capitale Mexico, ainsi que Veracruz, Puebla et Querétaro. Le 4 mars 1867, les forces commandées par le général libéral Mariano Escobedo assiègent Querétaro. Le 15 mai suivant, la ville est prise, et l'empereur Maximilien est appréhendé. Il est jugé par une cour de justice, condamné à mort et exécuté sur ordre de Juárez, le 19 juin 1867. Son épouse sombre dans la folie, et son frère, le roi des Belges Léopold II, la fait interner dans le château de Tervueren. Elle meurt le 19 janvier 1927, au château de Bouchout. Voir la biographie succincte de Wikipedia et ce petit article sur sa carrière "mexicaine". – FR
  • Le bus no. 6 de Trieste Trasporti vous permet de rejoindre le domaine de Miramare sans trop de difficultés; le ticket simple coûte 1,55 euros. Vous trouverez les arrêt et horaires à télécharger iciEN, IT, SLOV
  • L'entrée au parc de Miramare est gratuit, celle pour le château coûte entre 8 et 12 euros (prix selon la saison). Plus de renseignements sur le site du château – EN, IT

© www.les-ptits-chats-en-goguette.com

Toutes les images et textes sur ce site sont protégés par copyright. La reproduction et l'exploitation, même partielles, de ces images ou textes sont strictement interdites sans accord écrit au préalable.