La ville en pentes raides ⎜ The steep city
Funchal, Madeira, Portugal

La ville en pentes raides ⎜ The steep city

L’autocar de notre hôtel nous dépose sur l’Avenida Sá Carneiro, près du musée Cristiano Ronaldo – et oui, ce footballeur dispose d’un musée tout à sa gloire. Il est sûrement l’enfant le plus célèbre de l’île, après tout. Enfin, nous et le foot… nous laissons donc le musée de côté et admirons cette première vue de Funchal. La ville se trouve au bord de la mer. Enfin, pas n’importe quelle mer – l’océan Atlantique, quand même. Et nous avons l’impression que cet océan devant nous continue jusqu’à l’Antarctique sans jamais se heurter à aucun autre bout de terre ferme. Quand nous tournons la tête, la ville de Funchal s’étend sur toutes les collines abruptes autour de la petite baie et a l’air immense et tentaculaire. C’est très beau à voir, avec toute cette verdure, les rochers qui se jettent en à-pics dans la mer, le soleil scintillant sur les vagues, les petits bateaux se balançant doucement.

Nous descendons ensuite l’Avenida do Mar, la bien-nommée, car elle suit la courbure de la baie. Nous passons devant la magnifique forteresse São Lourenço, blanche et d’un style qui semble l’archétype de l’architecture coloniale à nos yeux. Nous laissons la mer derrière nous et tournons à gauche pour remonter jusqu’à la cathédrale de Funchal. Les ruelles sont pittoresques, étroites, souvent pavées en blanc et en noir.

La cathédrale, donc. Eh bien, elle est toute petite, en fait! Blanche avec des pierres apparentes rouges et une petite tour. Quand on pénètre à l’intérieur, en revanche, c’est époustouflant. Et étrange parce que ça ne ressemble à aucune autre église que nous ayons pu visiter jusqu’ici. Le plafond est en bois, richement travaillé, peint et doré; l’autel paraît être en or massif. Même si les fenêtres ne sont pas très grandes, la nef est inondée de lumière.

Non loin de là, la Praça do Município avec ses pavés blancs et noirs en forme de vagues (ou d’écailles de poisson) et ses bâtiments emblématiques: la Mairie, l’Église Saint Jean l’évangéliste, le Tribunal, le Musée d’Art Sacré… et ses taxis jaune canari avec bande bleue. D’ailleurs, il faut bien faire attention quand on marche, parce qu’avec les dalles, ce n’est pas évident. Et en plus, la place est en pente. Nous retournons vers la mer en descendant encore des petites ruelles plus mignonnes les uns que les autres. Au bout d’une ruelle, nous découvrons la célèbre façade d’un autre bâtiment emblématique de Funchal: le fameux marché Mercado dos Lavradores.

Mais il y a trop de monde, pour nous. Alors, nous poursuivons notre promenade, même si la chaleur moite nous fait quelque peu souffrir. Nous arrivons dans un quartier vraiment sympa avec des maisons basses de toute les couleurs (vives) et une petite église chou comme tout, la Capela do Corpo Santo. Malheureusement, le quartier est très très touristique – ça grouille de monde. Nous pressons le pas et passons devant la magnifique forteresse do São Tiago, très très jaune, à vrai dire. Ce qui nous frappe partout dans cette ville, c’est d’ailleurs la flore. Mis à part les palmiers que l’on voit pratiquement partout, ça foisonne de bougainvillées, de frangipaniers, de plantes grasses, plantes vertes et fleurs de toutes les couleurs.

Notre visite de Funchal ne serait pas complète sans deux choses: un musée et un café, bien sûr. Pour le premier, nous jetons notre dévolue sur le Museu da Quinta das Cruzes, une ancienne demeure d’une grande famille de capitaines, les Câmara. Y sont exposés du mobilier portugais et étranger, des pièces d’orfèvrerie, de joaillerie, de céramique et de sculpture. Très, très belle surprise, et très beau parc aussi. Après ce moment de culture, nous avons bien mérité un café et un gâteau, que nous dégustons sur la véranda du premier étage du… « Ritz », excusez-du peu. Encore une petite trouvaille, car le café est tout ce que nous aimons: vue plongeante sur la vie trépidante de l’Avenida Arriaga, une des artères principales de la ville (il y a même des animations folkloriques et des dégustations car… c’est la Fête du Vin de Madeire, en ce moment). Mobilier et déco très joliment désuets, de style colonial, avec de vieux ventilateurs qui tournent lentement au plafond. Et un « carrot cake » qui vaut son pesant de calories (succulent mais ô combien riche, quand même).

Our hotel bus drops us off at Avenida Sá Carneiro, near the Cristiano Ronaldo Museum—and yep, this footballer has a whole museum all for himself. He is surely the islands’s most famous child, after all. But, you know, we and football… we therefore don’t care a lot about the museum and prefer to take in this first view of Funchal. The city is a real sea-town. Well, we’re not talking about just any sea—it’s the Atlantic Ocean, you see. And we get the impression that this ocean right before our eyes goes on until the Antarctic without any other island between here and there. When we turn our heads, the city of Funchal stretches up the steep hills around the bay; it looks huge and sprawling. It is very beautiful to see, with all this greenery, the rocks that fall abruptly into the sea, the sun glittering on the waves, the small boats swaying gently.

Then we stroll down the Avenida do Mar, very well-named because it follows the bend of the bay. We pass in front of the magnificent São Lourenço fortress, white and built in a style that looks like the archetype of colonial architecture to us. We leave the sea behind us and turn left to walk to the Cathedral of Funchal. The streets are picturesque, narrow, often cobbled with white and black stones.

The cathedral, then. Well, it’s very small, actually! White, with red stonework and a small tower. When we get inside, however, we’re find it stunning. And strange somehow because it doesn’t look like any other church we’ve ever have visited so far. The ceiling is made of wood, richly decorated, painted and gilded; the altar appears to be made of solid gold. Even though the windows are not very big, the nave is flooded with light.

Not far from there, the Praça do Município with its white and black cobblestones in the form of waves (or fish scales) and its emblematic buildings: the Town Hall, the Church of St. John the Evangelist, the Court, the Museum of Sacred Art… and its row of taxis, all canary-yellow with a blue stripe. Moreover, we must be careful when we walk, because what with all those cobblestones slabs, it is not easy. And in addition, the place is built on a slope, too. We go back to the sea, walking down narrow streets, one prettier than the other. At the end of a street, we discover the famous façade of another emblematic building of Funchal: the famous market, the Mercado dos Lavradores.

But there are too many people for us. So, we continue our walk, even if the moist heat makes us suffer a little. We arrive in a really nice neighbourhood with low houses painted all kinds of (bright) colours and a little church that looks really cute, the Capela do Corpo Santo. Unfortunately, this part of the city is very very touristy—it’s filled to the brim with people. We hurry on and walk past the magnificent fortress of São Tiago, which we find… very very yellow, to tell the truth. What strikes us in this city is the ubiquitous flora. Not only are there palm trees almost everywhere, but also bougainvillea, frangipani, succulents, green plants and flowers of all colours.

Our visit of Funchal would not be complete without two things: a museum and a café, of course. As far as the museum is concerned, we choose the Museu da Quinta das Cruzes, an ancient and great captain family’s former residence (the Câmara-family, to be more precise). Today, you will see a nice selection of Portuguese and foreign furniture, jewellery, ceramics and sculptures. A very, very nice surprise, and they have a beautiful park too. After this cultural moment, we deserve a coffee and a cake, which we enjoy on the first-floor veranda of the… « Ritz », if you please. Another great find, because this café is exactly what we love: a view of the hectic life of the Avenida Arriaga below, which is one of the main arteries of the city (many folklore events are currently staged here because… it’s the Madeira Wine Festival right now). There café’s furniture and decor are nicely old-fashioned, in colonial style, with old fans turning slowly on the ceiling. And the « carrot cake » is worth its weight in calories (succulent but oh so rich).

Plus d’informations sur Funchal ⎜ Learn more about Funchal Funchal – photos (1) Funchal – photos (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :